Amorphe 1.2 / 2012

C’est à l’occasion d’une exposition personnelle de Dorota Kleszcz, ayant eu lieu à Paris en automne 2012, à la galerie expérimentale Plateforme, qu’Anton Mobin répondit à l’invitation de l’artiste. Anton Mobin pratique un art minimaliste dans l’univers sonore et collabora naturellement à la performance initiée par Dorota kleszcz. Ses recherches sonores particulièrement étudiées environnent l’espace d’Amorphe et génèrent une énergie puissante, mettant en relief l’évolution de Dorota Kleszcz dans son installation-espace vital où elle pose ses limites corporelles durant plusieurs heures.
Dorota Kleszcz place à l’intérieur d’un cadre animé quelques formes choisies qui sont ‘‘sa matière de recherche’’. On les retrouve sous forme d’objets placés à l’intérieur de ses installation-performances. Ils définissent une nouvelle réalité, en quelque sorte les éléments clés d’un monde allégorique. Chaque mise en scène est une variation sur le thème de la ‘‘matière’’. L’utopie d’arrêter le temps est un des motifs principaux d’Amorphe. Malgré l’illusion d’immobilité, il y persiste des symptômes discrets d’écoulement du temps. On y voit une forme, à moitié vivante, à moitié morte, sans conscience, indifférente à son entourage et solitaire. C’est le personnage ‘‘amorphe’’ gisant à l’intérieur de l’installation…
Amorphe 1.2 est un projet pluridisciplinaire, évolutif. Ses premières apparitions datent de 2006. Depuis, le projet a connu plusieurs transformations et se traduit par de nombreuses réalisations : sculptures, peintures, vidéos, installations.


Amorphous
1.2

This is during a personal exhibition of Dorota Kleszcz, which took place in Paris in autumn 2012, at the experimental gallery Plateforme, that Anton Mobin answered positively to the invitation of the artist.
Anton Mobin practices minimal art in the world of sound and collaborated naturally to the performance initiated by Dorota Kleszcz. His sound research, made specifically for this project, surrounds the space of Amorphous and generates a powerful energy, highlighting the evolution of Dorota Kleszcz in her installation-life space where she explores her bodily limits for several hours.

Dorota Kleszcz places inside an animated setting some chosen forms that are her « subjects of research ». We find them as objects placed within her installation-performances. They define a new reality, in some ways the key elements of an allegorical world. Each staging is a variation on the theme of the « matter ».
The utopia to stop time is one of the main motifs of Amorphous. Despite the illusion of stillness, there remain discrete symptoms of the passage of time. We see a form, half alive, half dead, unconscious, oblivious to its surroundings and lonely. This is the « amorphous » character lying inside the installation…
Amorphous 1.2 is a multidisciplinary, evolutive project. Its first appearances were done in 2006. Since then, the project has undergone several transformations and resulted in numerous achievements : sculptures, paintings, videos and installations.