Blanc et Noir / 2004-2005

Les deux performances complémentaires ‘‘Blanc et Noir’’ utilisent le système des vases communicants : le vide – le plein, l’intérieur – l’extérieur ou comment les opposition s’attirent et créent une énergie. Dorota Kleszcz délimite un espace représentant la limite, frontière sociale ; deux boites renferment les ustensiles, objets servant à se remplir ou se vider de ses sentiments. Sur l’écran, une notice interactive guide le personnage vers une des deux actions à effectuer, il sélectionne les informations. Intervient ensuite une mise en scène synchronisée ou le client va devoir suivre cette initiation mécanique jusqu’à l’obtention finale de ses désirs.

‘‘La machine d’identité remplira ton vide et infusera en toi des sentiments de toutes sortes.  Elle comblera ta tête d’idées empruntées à d’autres gens et donnera à ton corps des mouvements plus sensuels que les tiens. La machine injectera en toi des connaissances parce que tu es bête et te fera meilleur parce que tu n’es pas assez bon. Alors, si tu sens en toi un néant qui te dévore, téléphone’’.


The two complementary performances « Black and White » use the system of communicating vessels : the emptiness – the full, the inside – the outside or how the oppositions attract each other and create energy.

Dorota Kleszcz defines a space representing the limit, the social frontier ; two boxes contain utensils, objects used to fill or empty their feelings. On the screen, an interactive notice guides the character to one of the two actions to perform, it selects the pieces of information.
Then comes a synchronized staging in which the customer will have to follow this mechanical initiation to the final achievement of his/her desires.

‘‘The identity machine will fill the void and infuse in you feelings of all kinds. It will fill your head with ideas borrowed from other people and give your body more sensual movements than the ones that are yours. The machine injects knowledge into you because you are stupid and you will be better because you are not good enough. So if you feel in you a nothingness that devours you, call’’.